EN | FR | ES | DE

WWSF Prize for women's creativity in rural life

Messages de soutien

Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la vente, la prostitution et la pornographie des enfants
Juan Miguel Petit
" C’est en grande partie grâce au travail des ONG que le problème de l’abus envers les enfants est à l’ordre du jour de la communauté internationale. Nous devons continuer à lutter pour nous assurer que cette préoccupation résulte en des changements concrets [...]. Je vous invite à continuer à me fournir l’information qui me permettra de continuer à remplir mon mandat [...]. (2001) "
(shown 25247 times)

Print This Page

Lydia SASU

Lydia SASU

AFRIQUE · Ghana

Défendre les droits des femmes et promouvoir leurs compétences


Lydia Sasu, 65 ans, est née dans une famille de fermiers où elle put voir sa mère se démener afin de gagner assez d’argent pour nourrir sa famille. Impliquée dans les travaux agricoles dès son plus jeune âge, Mme Sasu a consacré son existence à l’amélioration de la vie des femmes rurales des fermes.

 

En 1977, Lydia co-fonda l’Association pour le Développement et l’Action (ADA), actuellement présente dans 50 communautés, et dont 98% des bénéficiaires sont des femmes rurales. L’ADA a mis en place de nombreux projets de développement, comme la construction d’une crèche et d’une école primaire, des travaux d’acquisition de connaissances en matière de gestion financière, et de renforcement des capacités de femmes rurales. La créativité de Lydia se manifeste dans deux domaines principaux : amélioration du taux d’alphabétisation ainsi que des connaissances en matière de comptabilité des femmes rurales nécessaires au développement de leurs commerces (industrie de la pêche notamment), et création de coalitions rassemblant à la fois des groupes de femmes et des groupes d’hommes ainsi que des organisations internationales afin de mettre en lumière le rôle crucial des femmes dans l’industrie agricole.

 

L’apprentissage du calcul et de la comptabilité devint un sujet phare pour Mme Sasu. Elle avait remarqué des tensions grandissantes entre les hommes et les femmes car ces dernières étaient alors incapables de garder trace de leurs dettes ou tenir un registre sur leurs dépenses en espèces lorsqu’elles achetaient du poisson auprès des hommes. En 6 mois, et grâce à l’aide de Lydia, environ 1000 femmes ont pu apprendre à tenir les registres de leurs stocks de poissons. Sur le long terme, cette formation a permis aux femmes d’adapter les connaissances acquises en matière de registre et de comptes à la gestion de leurs céréales et autres produits comme les légumes et le bétail.

 

Mme Sasu lança également des sessions de formation pour les femmes des fermes. En 2010, 60 femmes ont ainsi appris à communiquer de manière efficace avec les autorités en découvrant les moyens d’aborder des sujets préoccupants en développant différents axes de conversation. Par exemple, sous la conduite de Lydia, des femmes furent poussées à mener des activités de lobbying auprès de la Commission de la pêche afin qu’elle mette en application les lois en la matière. Le soutien de Mme Sasu a permis aux femmes de la communauté d’être désormais considérées comme des atouts, de voir leurs avis pris en compte et d’être vues comme des éléments incontournables de la solution.

 

Lydia s’est ainsi présentée comme une personne pleine de ressources dont les connaissances et compétences ont eu un impact considérable sur la qualité de vie des femmes rurales des fermes. Par exemple, en l’espace de 3 ans, les formations organisées par Lydia ont permis à une femme de faire passer son élevage de porcs de 5 à 400 bêtes. Mme Sasu est une personne remarquable et un excellent exemple des transformations qu’un individu peut générer dans une communauté toute entière.

 

Prix pour la créativité des femmes en milieu rural - 2011